Que dit la législation sur l’utilisation de drones dans l’immobilier ?

utiliser un drone pour l'immobilierUn drone est un aérodyne télécommandé équipé d’une caméra. A l’origine, réservé aux militaires, le drone s’est aujourd’hui démocratisé et est utilisé dans divers domaines comme le sport, le cinéma, les événements culturels, la sécurité ou encore… l’immobilier. Et oui, avec un drone vous pouvez prendre des vidéos et des photos par voie aérienne des biens immobiliers que vous proposez à la vente ou à la location. Mais attention, son utilisation est très réglementée…

Des prises de vue uniques pour vos photos d’annonces

Ce petit appareil télécommandé permet d’obtenir des prises de vues vue aérienne sensationnelles et originales. Les photos peuvent aussi permettre de situer le bien dans son environnement et de faire découvrir les alentours. Par exemple, une vue aérienne pourra conserver le charme d’une propriété luxueuse avec piscine au milieu d’une végétation dense.

Le drone peut aussi être utilisé en intérieur. Cela permet de valoriser une grande pièce, avec mezzanine par exemple. Le potentiel acheteur aura ainsi une vision plus précise du volume d’une pièce et de la disposition des différents éléments dans l’espace.

Ces photos aux points de vue originaux vous permettront d’attirer des propriétaires pour des mandats exclusifs, ainsi que des clients qui apprécieront la qualité des photos et pourront se faire une idée plus détaillée du bien. De plus, cela contribuera à dynamiser votre image de marque et à asseoir votre savoir-faire. Ces photos pourront être visibles sur votre site mais aussi sur un grand nombre de portails immobiliers grâce aux passerelles mises en place depuis votre logiciel immobilier Hektor.

Une législation très stricte en France

L’utilisation de drones est autorisée depuis mai 2012. Néanmoins, elle est très réglementée.

Il existe trois grandes familles de drones :

  • réservés aux militaires
  • pour les professionnels
  • de loisirs

Si vous possédez un drone de loisirs, vous ne pourrez filmer ou photographier une propriété privée, utiliser les photographies ou les vidéos à des fins commerciales ou survoler une zone urbaine. En tant que professionnels de l’immobilier, vous devez alors obtenir une autorisation et déclarer votre drone.

Selon un article du Figaro du 24 février 2015, il vous faudra :

  • détenir un certificat d’aptitude théorique comme une licence de pilote ou un brevet d’ULM
  • réussir les tests de déclaration de niveau de compétence
  • disposer d’un drone homologué
  • remplir des formalités auprès de la Direction de la sécurité de l’aviation civile

Ce n’est donc pas à la portée de tous. Autre solution ? Passer par des agences spécialisées dans la prise de photos avec drone pour les agences immobilières.

 

Et vous, quelle est votre expérience sur l’utilisation des drones pour vos photos d’annonces ? Avez-vous fait appel à un professionnel ? Faites-nous part de votre opinion sur le sujet par commentaire.

Avatar

Camille Baudry

Web-rédactrice pour La Boite Immo, Camille est experte en web marketing avec une spécialisation sur le secteur de l'immobilier.

11 Commentaires

  1. Avatar

    Je ne pense pas qu’elle soit si stricte que ça (pour l’instant) étant donné qu’il est possible de les utiliser pour les professionnel, militaire et loisir. Mais il ne serait tardé, que quelques lois soient plus stricte assez vite à notre plus grand malheur.

    1. Avatar

      Bonjour,
      Merci pour votre réaction. En effet, on peut se demander quel sera l’avenir des drones, sachant que dans certains pays comme en Belgique, les drones sont interdits.
      A suivre !

  2. Avatar

    Bonjour,

    je viens réagir par rapport à cet article. Je suis pilote de drone et je travaille pour de l’immobilier. Il existe des contraintes qui ne sont pas insurmontables (la plupart du temps). Pour certains biens il est tout de même impossible d’obtenir les autorisations et il faut le respecter, j’ai déjà eu le cas plusieurs fois.

    Je tiens à préciser que dans le cadre de l’immobilier il faut aussi une autorisation préfectorale pour voler selon le scénario S3, en agglomération, que cette autorisation n’est pas suffisante parfois selon la présence d’un aérodrome ou de zones militaires. Il faut aussi une assurance responsabilité civile.

    Faites attention si vous faites appel à un professionnel qu’il respecte l’ensemble des lois car si un accident survient il ne sera peut être pas couvert, et si vous signez un devis cela peut aussi se retourner contre vous.

    Si vous avez des questions n’hésitez pas 🙂

    Flideo

    1. Avatar

      Bonjour Flideo,

      Merci beaucoup pour ces précisions très intéressantes.

      Bonne journée

      Camille

    2. Avatar

      Bonjour
      J aimerai savoir si vous arrivez à en vivre…
      Bav

    3. Avatar

      Bonjour monsieur,
      Dans le cadre de notre BTS profession immobilière , nous devons réaliser un projet et pour cela nous avons quelque questions concernant le drone et son utilisation.
      Il y a t-il des limites de hauteur par rapport à l’utilisation du drone en extérieur.
      Il y a t-il une hauteur pour la quel aucune autorisation n’est requise ?
      Il y a t-il des secteurs moins réglementés que d’autres ?

  3. Avatar

    Bonjour tout à fait d’accord avec Flidéo, piloter un drone ne s’improvise pas surtout en agglomération ! Maitriser le drone et filmer ou photographier demande de l’habitude et du savoir-faire pour réussir de belles photos ou vidéos sans planter le drone dans un arbre ou pire bléser quelqu’un par sa chute ou ses hélices.
    Mais c’est vrai que les images sont super pour mettre un bien immobilier en valeur !

  4. Avatar

    Merci pour les infos, même si les restrictions on du encore se renforcer depuis le temps !

  5. Avatar

    Merci pour cet article Camille !

    La législation du drone et les prises de vues aériennes professionnelles sont très encadrées et continueront de l’être de plus en plus.

    A partir de Juillet 2018, il sera nécessaire de déclarer en ligne la possession d’un drone de plus de 800 grammes.  Ces drones « lourds » devront être équipés de signaux lumineux et sonores afin d’être facilement identifiables dans le ciel.

    Par ailleurs, les pilotes de drone devront enregistrer leurs drones de plus de 800 grammes. La loi tente d’améliorer la traçabilité des drones et de leurs pilotes.

    Enfin, il sera obligatoire pour tout le monde de disposer d’une attestation de formation au télépilotage pour les drones supérieurs à 800 grammes.

    Je trouve logique que la loi se durcisse car nos activités restent des activités à risque.

    Mathieu
    http://www.drone-immobilier.fr

  6. Avatar

    Merci pour cet article !

    Vous voulez dire que si l’ on possède un drône de loisirs on ne pas peut l’utiliser en intérieur d’une maison, même si on a l’autorisation du propriétaire à des fins de vente ?

  7. Avatar

    Il faut suivre les règles pour voler en drone !

    La sécurité avant tout pour tous le monde !

    Merci.

    https://www.droneya.be

Laissez un commentaire

Articles associés