Fédération Nationale de l’immobilier, quelles priorités pour 2019 – Interview de Jean-Marc Torrollion

jean-marc torrollion la boite immoCe 23 Janvier 2019, le président de la Fédération Nationale de l’Immobilier est revenu sur de nombreux sujets primordiaux pour les professionnels de l’immobilier. Nous avons eu la chance de pouvoir approfondir certains de ces sujets à travers une interview du Président de la FNAIM.

Fiona :
Bonjour Jean-Marc Torrollion, comment pensez-vous que l’amendement Denormandie va impacter les agents immobiliers ?

Jean-Marc Torrollion :
Cet amendement aura potentiellement un impact dans les 222 villes participantes au programme « Action Cœur de Ville » qui vise à revitaliser et réhabiliter les centres villes peu à peu laissés à l’abandon.
Cette nouveauté législative apportera de nouvelles opportunités aux agents immobiliers s’ils s’emparent de ce dispositif en apportant une solution clé en main à leurs clients investisseurs. Les biens qui répondent aux critères Denormandie obtiendront un accroissement de leur rentabilité grâce à cet avantage fiscal.  Maîtriser la réalisation de ce montage sera donc un argument de poids à promouvoir auprès de leur clientèle. L’amendement Denormandie va permettre, une nouvelle fois, aux agents immobiliers de montrer leur expertise et de se positionner en tant qu’expert de leur marché mais aussi de leur ville.
Ce programme devrait potentiellement être étendu au niveau national par la suite.

Petit rappel du dispositif en question :
A la différence de la loi Pinel ancien, il n’y a plus de travaux lourds à effectuer pour bénéficier de la réduction d’impôt mais des travaux qui représentent au moins 25 % du coût total du projet.
Le dispositif Denormandie permet en contrepartie de bénéficier d’une réduction d’impôt de 12%, 18% ou 21% sur une durée de 6, 9 ou 12 ans dans la limite de 300 000 euros par personne et par an et de 5 500 euros par mètre carré de surface habitable. Le logement doit être loué à des ménages modestes à usage d’habitation principale et respectant certains plafonds de loyers et de ressources valables uniquement sur des acquisitions de logements anciens faisant l’objet de travaux d’amélioration.


Fiona :
Quels conseils donneriez-vous aux agents immobiliers pour valoriser ce dispositif ?

Jean-Marc Torrollion :
Avant toute chose les professionnels de l’immobilier devront identifier si le bien en question correspond au dispositif, s’il est pertinent de le proposer en Denormandie.
L’idéal serait ensuite de proposer deux offres, l’une classique pour de la résidence principale, l’autre dédiée aux profils d’investisseurs avec un discours adapté pour chaque typologie de client.
Pour un appartement situé dans un immeuble, il faudra aussi étudier l’immeuble dans lequel le bien est situé. La sécurité du bâti et la vérification de l’état des parties communes sont primordiales avant d’identifier le potentiel du bien.
L’agent immobilier aura un véritable rôle de conseil et d’accompagnement dans la constitution du dossier qui inclus le dossier travaux, le détail de la nature des travaux [nous sommes encore en attente du décret présentant les travaux acceptés], les plafonds de loyers… Les professionnels devront donc appuyer et montrer leur savoir-faire en la matière pour valoriser cette expertise auprès des acquéreurs, mais aussi des propriétaires.


Fiona :
Quels sont les combats que la FNAIM souhaite mener auprès du gouvernement concernant la transaction ?

Jean-Marc Torrollion :
Nous sommes en train d’étudier de nouveaux modèles de gestion de la transaction notamment suite à la loi Macron qui a conduit à une forte augmentation du nombre de notaires. Nous devons développer de nouvelles synergies avec la profession notariale notamment à travers une meilleure communication interprofessionnelle et pourquoi pas des prises de participation. Il est nécessaire de nouer des liens économiques avec les notaires puisque 70% des ventes immobilières en 2018 ont été réalisées par des professionnelles de l’immobilier.
Nos métiers sont complémentaires et nos relations doivent donc être optimisées. Pour cela, nous devons bâtir une nouvelle relation avec les notaires.


Fiona :
Comment voyez-vous le marché immobilier pour 2019 ?

Jean-Marc Torrollion :
Nous avons atteint un plafond et subissons une double inflexion, au niveau des prix mais aussi des volumes. La tendance prix va s’inverser et les volumes vont diminuer. Les disparités régionales seront décuplées par ces différents facteurs. Cette tendance plutôt mécanique sera sûrement accrue par le manque de confiance que les français éprouvent vis-à-vis du gouvernement actuel.
Globalement, le marché va se stabiliser, voir baisser pour cette année 2019 mais nous resterons cependant sur de gros volumes de transaction. Notre estimation est d’environ 900 000 transactions pour l’année en cours.


Fiona :
Quels points de vigilance seront de rigueur pour les professionnels de l’immobilier ?

Jean-Marc Torrollion :
Nous allons potentiellement vivre des moments assez délicats dans la profession. Il va falloir être attentif au possible effet ciseaux entre les besoins des uns et les aspirations des autres. Nous devrons traduire et expliquer cette inflexion du marché auprès de notre clientèle. L’agent immobilier devra assumer pleinement son rôle de conseil et même de formation pour décrypter le marché à sa clientèle. La vigilance sera nécessaire sur les niveaux des prix grâce à des études de marché régulières afin d’analyser les tendances et de proposer les biens au meilleur prix.